Ménage, nettoyage, entretien… Dépoussiérage de ces termes de propreté

Depuis toujours, l’hygiène est l’un des facteurs les plus importants de notre société pour éviter certaines épidémies et la propagation des maladies. Aujourd’hui, en pleine crise sanitaire de la COVID-19, nous allons tenter de remonter le temps et de vous partager l’évolution de l’hygiène chez les Hommes, et ainsi constater que la propreté reste aujourd’hui un élément essentiel à la cohésion entre les individus, bien que le terme ait évolué au fil des années.

Hygiène : un terme employé depuis l'antiquité

Dès l’antiquité, la propreté des individus sur leurs lieux de vie et de travail représentait déjà un axe important, bien que les mesures en matière de santé ne soient apparues qu’au XIXe siècle.

L’Antiquité : naissance de l’hygiène des cités

Dans l’antiquité, l’eau stagnante était la principale cause de propagation de maladies. En effet, la plupart des grandes villes étaient construites autour d’un point d’eau, sur la cote ou aux abords d’un fleuve ce qui facilitaient l’agriculture, les déplacements ou encore l’élimination des déchets, mais pouvait cependant s’avérer nuisible à l’hygiène de la cité.

Ainsi, les Romains et les Grecs sont les premiers à mettre en place des équipes de propreté pour procéder au ramassage des ordures ou à l’entretien des toilettes publiques et des égouts. Chaque citoyen laissait ses déchets journaliers dans un pot au pied de son habitation pour que les « boueux », les ancêtres de nos éboueurs actuels, puissent venir vider les pots dans des fosses à l’extérieur des villes. Les paysans à proximité pouvaient ainsi utiliser ces déchets pour fertiliser leurs champs.

Le Moyen Âge : le déclin de la propreté

Dès le Moyen Âge et la chute de l’empire Romain, la propreté des villes et des habitations se dégradaient peu à peu à cause de la faiblesse du pouvoir central et du manque de règles.

A la campagne, les résidents faisaient leurs toilettes dans les rivières et dormaient tous dans le même lit avec les animaux de la ferme à proximité pour manger leurs déchets et réchauffer l’habitation.

Dans les villes, chaque habitant procédait à sa façon. Naturellement, chacun faisait au plus simple en jetant ses déchets au milieu de la rue, laissant les extrémités propres pour que leurs chevaux puissent « trotter » en dehors des ordures, c’est la naissance des trottoirs qui se dégagent de la rue couverte d’excréments, de déchets et d’eaux usées.

De la Renaissance à la Révolution : un début de transformation des comportements

À partir de la renaissance, des grandes épidémies font leurs apparitions, dont la peste, qui tirera la sonnette d’alarme des médecins et de la population. L’Homme pensait donc que la maladie se transmettait par l’eau et la peau et va donc se parfumer et se vêtir plutôt que se déshabiller et se laver.

En France, c’est au début du XVIe siècle que la royauté se chargera du ramassage des ordures de la capitale et de leur évacuation. Un service d’enlèvement des boues est créé, financé par un impôt spécial, et donc impopulaire. L’hygiène corporelle n’est que très peu respectée, à l’image de la royauté où l’on se soulage n’importe où, derrière un rideau ou dans un petit coin (le nom est resté).

Époque moderne : nouvelles solutions pour la propreté et l’hygiène

Louis Pasteur, 1822-1895

 

En 1778, la Société royale de médecine est créée pour étudier les épidémies et combattre ses causes. La lutte contre l’insalubrité reprend.

Les mesures d’hygiènes vont radicalement changer après les découvertes de Louis Pasteur dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les déchets sont maintenant clairement désignés comme une source en puissance d’infection. Il faut se laver pour protéger sa santé et celle des autres, nettoyer l’habitat, le lieu de travail et l’espace public. C’est le début du « ménage », une habitude qui mettra du temps à s’installer, y compris pour les professionnels de santé.

MéNAGE : LA NAISSANCE DES ENTREPRISES

Le recours aux entreprises de nettoyage

Les dernières mesures mises en place étant difficiles à faire respecter, les villes commencent peu à peu à passer des accords avec des sociétés privées, pour enlever les ordures et nettoyer les rues. Le terme d’hygiène s’écarte alors petit à petit du mot « ménage », qui se distingue désormais par l’action d’entretenir un lieu ou une habitation, là où l’hygiène concerne les soins humains et les règles plus globales.

Avec le recours à des entreprises de nettoyage, le balayage se professionnalise. La propreté requiert de plus en plus des installations, mais également du personnel qualifié et compétent.

La propreté de la rue à Paris

Au XIXe siècle, Haussmann renouvelle Paris et sa salubrité avec son système d’égouts. En 1884, Eugène Poubelle ordonne le dépôt des déchets dans des récipients spéciaux munis d’un couvercle, devant leurs portes. Les boîtes à ordures (futures « poubelles ») sont ramassées par les services municipaux. La ville met déjà en place un tri sélectif, qui passait par trois récipients : un pour les matières organiques, un pour les papiers et les chiffons et un pour le verre.

LE NETTOYAGE : UN TERME DE PLUS EN PLUS INDUSTRIEL

Avec l’arrivée de la révolution industrielle et la naissance de ses entreprises, le ménage et l’hygiène se transforment peu à peu en nettoyage industriel qui se traduit généralement par les prestations suivantes :

  • Le lavage et le séchage des sols,
  • L'entretien des murs et des tissus,
  • La dissolution des tâches et traces d'huile et autres graisses,
  • Le nettoyage des vitres,
  • Le nettoyage des conduits de ventilation.

Dans les commerces de proximité, les grandes surfaces commerciales ou tout autre magasin de vente, le nettoyage devient primordial pour un meilleur attrait visuel et se combine désormais à l’hygiène des salariés pour que ces derniers travaillent dans un environnement sain et sans risques pour la santé. Le métier se professionnalise de plus en plus, et voit émerger une nouvelle entreprise en 1961 : AAF La Providence.

LA PROPRETé ET SA SPéCIALISATION

Aujourd’hui, le terme de propreté est préféré au mot ménage, de plus en plus utilisé pour les tâches domestiques. Ainsi, pour l’entretien de vos bureaux et de votre entreprise, La Providence vous propose son expertise acquise au cours de ces 60 dernières années, en termes de nettoyage, de ménage, de propreté, pour répondre à tous les besoins de votre entreprise.


Réalisation & référencement Création site web responsive

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.